Publié le 21 Mars 2019

Bonjour à toutes et à tous,

 
Ce vendredi 22 mars à 19h en mairie aura lieu le conseil municipal dédié en majeure partie au budget 2019.  Dans une démarche de transparence, voici en préalable une note qui décrit brièvement les résultats de l’an passé et l’orientation budgétaire proposée. Elle reprend les éléments discutés lors du dernier conseil villageois.
 
———————————
 
Dette :
Depuis 2016, la dette est en constant recul et est passée fin 2018 à 153 000 euros. C’est encore trois fois plus élevé que la moyenne nationale de la dette municipale par habitant, mais la normalisation continue puisqu’aucun nouvel emprunt n’a bien sûr été souscrit. Toutes les dépenses utilisent les recettes et la trésorerie disponible.

Recettes :
Les dotations sont en légère baisse chaque année (2% par an), alors que les recettes fiscales sont en légère hausse (2% par an également) suite à l’évolution des bases d’imposition décidée par l’Etat. L’ensemble de ces deux contributions, formant le socle des recettes, est stable aux alentours de 100 000 euros. Par contre, suite à la disparition progressive de la taxe d’habitation pour la grande majorité des habitants, la pression fiscale baisse rapidement d’année en année.

Pour ce qui est des recettes complémentaires, 2018 fut une bonne année avec 50 000 euros de recettes dues principalement aux performances du refuge et de la vente d’un terrain et de bois. En l’absence de recettes exceptionnelles, forcément imprévisibles, ces recettes complémentaires devraient un peu baisser en 2019.

 Dépenses (fonctionnement):
Les dépenses générales, furent stables entre 2017 et 2018 et s’établirent un peu en dessous de 40 000 euros. Les charges de personnel furent essentiellement stables également à 52 000 euros. Les autres dépenses diverses furent en hausse, mais tout l’ensemble des dépenses n’a augmenté que de 2% entre 2017 et 2018, soit de l’ordre de l’inflation annuelle.

 En 2019, les dépenses de personnel sont budgétées à 26 000 euros. Cette baisse importante, liée à la sous-traitance, sera partiellement compensée par une hausse des dépenses générales. Hors transfert aux investissements, les dépenses de fonctionnement en 2019 devraient toutefois être en baisse de 10% par rapport à 2018.

 Investissements :
Grâce à de fortes subventions (département, smvic…) les dépenses d’ investissement (73 000 euros en 2018), sont redevenues possibles sans menacer l’équilibre budgétaire. Le budget investissement a néanmoins terminé l’année en déficit de 42 000 euros, mais à cause du retard inévitable entre dépenses et versement des subventions. D’où l’importance d’un fonds de roulement important.

Bilan :
L’année 2019 constitue une nouvelle étape importante pour les finances de notre collectivité. La baisse des dépenses de fonctionnement permet a priori de stabiliser l’ensemble des dépenses au niveau des recettes, tout en permettant le remboursement de la dette et les programmes triennaux de rénovation de voirie.

A moyen terme, recettes et dépenses devraient s’équilibrer sans recourir à des recettes exceptionnelles comme la vente de biens. Par ailleurs, les projections indiquent qu’une baisse de 10% de la pression fiscale permettrait de maintenir un équilibre entre dépenses et recettes pour les prochaines années. Comme le fonds de roulement est maintenant suffisant pour assumer les coups durs et les avances d’investissement, la question d’un retour partiel à la fiscalité locale de 2016 est d’actualité et sera débattue lors du vote du budget. Compte tenu de la baisse mécanique de la taxe d’habitation pour quasiment tous les habitants, la pression fiscale reviendrait alors au niveau de 2016 avant l’augmentation d’impôts.
 
Bien cordialement,
 
Vincent Bayot

Voir les commentaires

Rédigé par Mairie de Malleval-en-Vercors

Repost0

Publié le 9 Octobre 2018

Bonjour,

Depuis le 1er octobre, tous les locaux de la mairie sont alimentés en électricité renouvelable par GEG (gaz électricité de Grenoble). De la bonne énergie verte "de pays" puisqu'elle provient de sources hydroélectriques du département.

Cela ne coûte pas plus cher et contribue à faire avancer la transition énergétique. 

Vous pouvez faire de même chez toute une série de fournisseurs qui proposent le même service.

Bonne journée,

Vincent

Voir les commentaires

Rédigé par Mairie de Malleval-en-Vercors

Repost0

Publié le 14 Juin 2018

Bonjour,

Un journaliste de passage a filmé la commémoration du 29 janvier 1944 qui à eu lieu en janvier dernier. En voici la vidéo posée sur youtube.

Bonne journée,

Vincent

Voir les commentaires

Rédigé par Mairie de Malleval-en-Vercors

Repost0

Publié le 14 Juin 2018

Bonjour,

Voici la vidéo de la veillée "mémoire" organisée entre le repas des aînés et le repas de Noël du village en décembre dernier. La qualité de l'image a été réduite pour youtube, mais le message s'y retrouve bien vivant !

Bon visionnage,

Vincent

Voir les commentaires

Rédigé par Mairie de Malleval-en-Vercors

Repost0

Publié le 26 Mars 2018

Suite au lancement du projet de territoire à St Quentin sur Isère le 22 mars, la commune de Malleval en Vercors a réuni son conseil villageois. Ce document reprend les idées émises par les villageois, maire et adjoints.

 

Vincent Bayot

Maire de Malleval en Vercors

 

------

 

Réflexion de Malleval en Vercors sur le projet de territoire

23 mars 2018

 

 

Introduction par le maire

 

Notre monde est en transformation rapide et notre territoire vit la période de paix probablement la plus longue de son histoire. Pendant cette même période, la qualité de vie s’est nettement améliorée pour la plupart d’entre nous. Santé, longévité, éducation, loisirs… de nombreux indicateurs se sont améliorés. Il y a bien sûr des hauts et des bas pour certaines personnes, et le stress est très présent – ce sont des faits importants –, mais globalement la facilité et la qualité de vie ont augmenté, ce qui constitue, aux yeux de nos concitoyens, un progrès auquel ils sont très attachés.

 

En parallèle s’est installé un mouvement d’accélération, lié aux technologies de l’information, et à la mondialisation de l’économie, qui crée un sentiment de perte de repères. Or, cette accélération a en grande partie permit l’amélioration des conditions de vie. Nous sommes donc attachés à ce qui cause indirectement notre inquiétude. Cette transformation continue, et en perpétuelle accélération, a une autre conséquence : ce qui fait vivre les actifs  – en bonne partie l’emploi – change aussi très rapidement. Cela représente un second facteur d’inquiétude.

 

Troisième élément : notre situation dans le monde évolue rapidement et nous prenons conscience que nous représentons une part infime de l’humanité, dont une bonne partie se développe encore beaucoup plus vite que nous. Par ailleurs, ce monde en croissance repose sur l’utilisation de ressources finies. Le gâteau n’est pas infini et notre part se réduit de plus en plus. Comme nous associons notre bien-être à la consommation du gâteau, l’inquiétude par rapport à une dégradation possible de notre qualité de vie est de plus en plus forte. Ce d’autant que les activités humaines transforment la terre dans un sens qui va probablement dégrader nos conditions de vie : pollution, perte de biodiversité et dérèglement climatique... À ce titre, la perte de biodiversité dans un territoire rural est particulièrement alarmante, car elle affecte directement une ressource locale essentielle : la nourriture.

 

La mondialisation induit un quatrième facteur d’inquiétude très important : les migrations. La combinaison des dérèglements climatiques, de la démographie, des inégalités de richesse, et des guerres pour les ressources (eau, énergie, minerais, terres arables…) jettent de plus en plus de monde sur les routes de l’exil pour trouver un lieu de vie de meilleure qualité. Et nous sommes, ici en Europe, les cibles les plus évidentes des migrations, car nous avons tout ce que chacun désire pour soi et sa famille.

 

À tout cela s’ajoutent plusieurs facteurs de changement importants. Un déséquilibrage continu de la pyramide des âges lié au vieillissement de la population et à une natalité qui se maintient, mais qui pourrait rapidement baisser comme à beaucoup d’endroits en Europe. Une transition énergétique qui va redessiner la logique de production à brève échéance. Il s’agit là par contre d’une opportunité pour un territoire comme le nôtre, car source d’emplois locaux et réducteur de dépendance énergétique. La croissance ininterrompue des technologies de l’information qui vont rendre de plus en plus omniprésentes l’intelligence artificielle et la robotisation. Beaucoup s’en inquiètent, car cela va reconfigurer fortement la notion de travail notamment. La spécialisation des territoires qui modifie en profondeur le rôle de chacun dans la société et les moyens de trouver de quoi faire vivre une population. À ce titre, la ségrégation économique risque de produire une ségrégation sociale. En tant que territoire péri-métropolitain, il s’agit là d’une réelle menace à laquelle nous devrons répondre intelligemment. Pour finir, la financiarisation de l’économie et la dépendance de tous vis-à-vis des banques via la dette constituent une menace réelle pour notre démocratie, car la souveraineté disparaît rapidement quand vous êtes étranglés par les engagements du passé. Malleval en sait quelque chose.

 

Face aux inquiétudes et au sentiment d’impuissance que certains ressentent, le repli sur soi est une tentation évidente, voire une tendance naturelle. Or, dans une société où le bien-être provient la plupart du temps de ce que nous échangeons avec le reste du monde, l’impasse du repli est tout aussi évidente. Cela crée des tensions au niveau individuel et collectif qui mènent de nombreux pays à se fermer, et les conflits et autres crises vont forcément se produire. Face à cela, la démocratie et la politique sont devant un grand défi, celui de protéger et de permettre à tous d’habiter le monde en paix.

 

Les crises et transformations auxquelles nous sommes confrontés, et serons confrontés de plus en plus fréquemment, sont nombreuses. Ces perturbations auront forcément un impact sur la qualité de vie sur notre territoire, en bien ou en moins bien, et nous devons nous en soucier. Notre capacité à nous adapter, c’est-à-dire notre intelligence collective, sera un facteur essentiel. Le fil rouge de notre réflexion est donc : comment préserver et améliorer la qualité de vie, la capacité à vivre sur le territoire, tout en accompagnant intelligemment les changements du monde ?

 

Notre territoire ne pourra pas se fermer au monde. Notre territoire ne doit pas être vu comme entouré d’une frontière, mais comme un lieu de vie qui nous accueille. Il a des atouts dans ce monde, que ce soi au niveau culturel, humain ou au niveau de la terre qui le constitue. C’est avec cette terre, et avec tous ceux qu’elle accueille, que nous devons trouver le chemin vers le bien-être et la paix. À nous d’accompagner le changement pour le meilleur, en évitant le pire.

 

Réflexions sur les enjeux à Malleval en Vercors et dans le territoire

 

La présentation du contexte du projet de territoire faite par le cabinet New Deal a été donnée aux villageois et a servi de base à notre réflexion. Les points essentiels sont soulignés pour permettre une identification plus aisée des enjeux importants.

 

Prélude de Robert Veyret

 

La nouvelle page de ce village n'est-elle pas une page blanche ?

 

Son histoire est belle et celles et ceux qui l'on construite ont tracé un chemin. Les Mallevalois et Mallevaloises de toutes époques ont aimé leurs terres, leurs paysages, le temps qui passe et tout cet espace qu'ils partageaient avec amour et sans maîtrise, le cœur de ces hommes et de ces femmes qui ont construit des projets et transmis d'année en année tant de familles et de foyers liés aux activités humaines.

 

Cette nouvelle page doit s'inscrire dans le récit du temps présent avec de nouveaux repères et sans facteur d'inquiétude. La jeunesse et la volonté de chacun sont apparues sans ombre et voient le soleil se lever, se marier et donner un bel éclairage sur le cirque exceptionnel de ce village qui veut vivre et embrasser ce territoire et sa beauté.

 

Alors Monsieur le Maire a tracé le cycle des transformations par une évocation du passé et ce fil rouge en change la réflexion pour préserver et améliorer les conditions de vie et de travail. L'engagement de ce village doit être fort.

 

Il est possible de faire vivre ce patrimoine par une bonne communication entre les villages (route, chemins… ). Notre France, ses services et ses élus ont les bonnes idées et un grand savoir-faire.

 

ALORS :

 

La modification de la voie de secours ? Est-ce possible ?

 

LE PAYSAGE, bien commun, se referme petit à petit, s'en va alors que tant de prairies de sous-bois, d’affûteurs de faux et de râteaux animaient et entretenaient l'ensemble du territoire.

 

Quel devenir pour ce territoire qui a vu disparaître un grand nombre d'agriculteurs éleveurs qui étaient les jardiniers de la nature ?

 

Au cours du conseil villageois Monsieur le Maire et les habitants présents ont montré leur détermination et combien ils connaissaient ces sujets qui parfois et souvent relèvent de l'intercommunalité ou du département ou de l'Etat.

 

---------------------

 

Malleval en Vercors est un petit village de moyenne montagne qui a de tout temps été fortement connecté à la plaine qui le borde. Assez naturellement, l’accès au village est l’enjeu le plus important, car sinon la vie y serait tout simplement impossible. En effet, les biens de consommation et l’emploi sont, pour l’essentiel, accessibles dans la vallée. Beaucoup d’actifs travaillent en dehors du territoire et la population est plutôt jeune. Au moins deux tiers des habitations sont des résidences secondaires, et le village est aussi un pôle de tourisme résidentiel avec une population qui est plus que triplée le week-end et durant les vacances.

 

Malleval en Vercors est un village où la nature est encore préservée. Il est néanmoins bien moins fréquenté que d’autres zones plus touristiques du Vercors. Pour ceux qui aiment se ressourcer dans la nature, c’est un lieu d’une grande qualité. Le tourisme vert serait donc une voie à privilégier qui permettrait de redynamiser l’économie locale (auberge, produits du terroir…). Malleval est, avec d’autres communes de montagne, le poumon de notre territoire.

 

Autre point fort du village, sa convivialité et sa solidarité. Les gens se connaissent et s’entraident, ce qui est une caractéristique des territoires de montagne. Bien que tous les habitants actuels ne soient pas issus du pays, les usages persistent, sans doute parce que la nature nous y pousse par la paix qu’elle procure et les contraintes qu’elle induit. Un tel cadre, même si l’habitat est limité en nombre, restera sans doute un atout pour les travailleurs citadins, ou pour les citadins tout court en quête de calme, ou pour s’éloigner des conséquences du dérèglement climatique.

 

Le service qui focalise le plus l’attention des villageois, des résidents, et des acteurs économiques (tourisme et agriculture), c’est la possibilité d’accéder au village et d’y circuler. La D22 est donc prioritaire, ainsi que le transport scolaire et le déneigement. Notre partenariat avec le département est donc essentiel. Le déneigement de la D22 est en général de très bonne qualité, et le souci de sécurité est salué. Tout ce qui améliore et rend durable l’accès au village est fondamental, comme pour n’importe quel lieu de vie. Le village souffre des coupures pour sécurisation et souhaite que les travaux aboutissent rapidement. Ce d’autant que les travaux bloquent également un accès important pour les randonneurs, et impactent l’activité touristique.

 

Les habitants considèrent que l’injustice fiscale qu’ils subissent, à l’instar d’autres communes au sein de l’intercommunalité, constitue un point de blocage pour le projet communautaire. Comment parler de qualité de vie si des injustices criantes font en sorte que certains contribuent injustement aux efforts de l’inter-communalité ? Comment accepter que les ressources soient si inéquitablement réparties ? En tant que lieu de loisir, nous sommes un élément important pour l’équilibre et l’attrait du territoire, nous contribuons au dynamisme touristique du territoire, et les habitants de Malleval contribuent comme tous les autres à la manne financière ramenée par les travailleurs métropolitains pour faire vivre le territoire. Le territoire apprécie que ses villages de montagne soient préservés des affres de la modernité, mais leur refuse les ressources qu’il tire de son industrialisation. C’est foncièrement injuste. Nous demandons donc une juste répartition des efforts, et une juste répartition des ressources. Nous refusons qu’une ségrégation territoriale aboutisse à une ségrégation sociale. Le village bénéficie de très peu de services localement, mais peut l’accepter dans une certaine mesure, car il est conscient de la spécificité de son implantation. Mais la justice fiscale est un préalable indispensable dans toute collectivité qui se respecte.

 

La transformation numérique de la société implique l’accès au monde de l’information. Le Très Haut Débit partout est une priorité évidente (merci au département), mais aussi l’accompagnement au numérique pour les populations pour qui cela reste une difficulté. Une collectivité locale a ainsi un rôle important à jouer pour assurer un accès à ce monde numérique pour une population vieillissante qui se déplace souvent difficilement.

 

La transformation du territoire au niveau agricole est un sujet d’inquiétude fort. Sans doute parce que le cadre de vie des Mallevalois les rend plus sensibles sur ce point, la monoculture de la noix, son industrialisation et son impact sur la santé et l’équilibre naturel du territoire, sont considérés par les villageois comme une menace. Non seulement une menace pour la santé qui limite aussi l’attrait du territoire, mais également une menace économique, car une monoculture est plus fragile face aux effets de contagion. Nous pensons qu’une diversification agricole serait donc positive pour tous, notamment pour assurer une plus grande autonomie alimentaire pour le territoire.

 

Les services de l’intercommunalité sont plutôt bien perçus. Les infrastructures et services liés à l’enfance et à l’éducation en général sont perçus positivement. Les infrastructures sportives également. L’accès à la culture est par contre jugé trop centralisé. Même s’il n’est évidemment pas possible d’installer des salles de spectacle partout, la culture « hors les murs » est jugée trop peu présente : expositions mobiles, cinéma, concerts ou spectacles en plein air devraient être nettement plus développés, et seraient d’ailleurs un facteur positif pour le tourisme. Même si la collecte des ordures ménagères s’est bien améliorée ces derniers temps, elle est jugée coûteuse par rapport à d’autres intercommunalités voisines.

 

Le tissu associatif est riche et diversifié, et l’accès aux biens de consommation aisé.

 

L’accès aux soins est un sujet d’inquiétude et de problèmes. Les soins à domicile sont essentiellement impossibles et l’hôpital le plus proche perd en services. Vivre âgé en montagne est par ailleurs très complexe (ADMR…). Encore une ségrégation qui nuit à l’attractivité du territoire.

 

Les transports collectifs sont peu utilisés, mais sont considérés comme un point important pour l’avenir. Le problème est souvent que les temps de trajet sont beaucoup plus longs en transports en commun, car tout le monde ne travaille pas à côté d’une gare ou d’un arrêt de trans’isère. Les parkings associés aux transports en commun sont parfois bien organisés (bus), mais parfois largement insuffisants (gares).

 

Les services de proximité sont considérés comme une richesse importante. Il s’agit des services communaux, mais aussi de la poste par exemple. La centralisation peut se considérer pour les services à technicité élevée ou à usage rare, mais pas pour le reste. C’est d’ailleurs un principe qui devrait nous guider pour tous les aspects du développement de notre territoire. Ce qu’il est possible de produire localement devrait l’être, car nous permettons ainsi au plus grand nombre de vivre et de bénéficier de services de qualité. La convivialité vécue entre Mallevalois est un ingrédient important pour l’avenir de tout notre territoire, car il est essentiel pour maintenir la qualité de vie, et rompre l’isolement qui accompagne trop souvent le vieillissement de la population ou le décrochage social.

 

Notre territoire est caractérisé par un habitat diversifié, avec des pôles ruraux et des bourgs-centres. Chacun a son rôle à jouer, et nous devons préserver une place pour chacun. L’idée n’est absolument pas de se crisper a priori sur l’acquis, ce qui serait stupide dans un monde en perpétuelle évolution. Non, il s’agit plutôt de reconnaître la diversité des aspirations de nos concitoyens, pour l’habitat et les loisirs, mais aussi le rôle absolument essentiel du monde rural qui nourrit les bourgs, et la capacité des bourgs à fournir des services qui ne peuvent que difficilement être répartis (comme les lycèes, stades, salles de spectacle, hôpitaux…). Les pôles ruraux ont donc un rôle irremplaçable qu’il est essentiel de préserver. Tout comme les centres-bourgs d’ailleurs. En conséquence, la qualité de vie doit être assurée partout. Sinon, nous perdrions nos capacités à nous adapter, et à vivre de notre territoire.

 

Pour ce qui est des interactions de la mairie avec son environnement, la mutualisation avec d’autres collectivités voisines est perçue comme ayant certains avantages (compétences complémentaires, économie de matériel lourd, maintien d’une certaine autonomie), mais présente certains risques (réactivité pour le déneigement par exemple, coûts supplémentaires si l’organisation est trop lourde). L’échelle de la mutualisation est donc importante, ainsi que son esprit. La mutualisation du secrétariat de mairie avec Cognin les Gorges (c’est la même secrétaire dans un lieu unique, mais avec des temps partagés) est une réussite, car la proximité n’est pas trop compromise et l’entente est cordiale. Nous réalisons néanmoins que nos problématiques sont différentes, et qu’une gestion au niveau local des services spécifiques essentiels, comme le déneigement, reste nécessaire. La faculté à s’adapter aux situations inattendues est totalement indispensable. Malleval ne compte plus les jours critiques où le déneigement s’est révélé complexe et où une réactivité et une solidarité de tous ont été essentielles.

 

Une éventuelle fusion à grande échelle est par contre perçue négativement, et le fonctionnement actuel de l’intercommunalité y contribue. Déconnexion démocratique, lourdeur institutionnelle, déresponsabilisation des acteurs, méconnaissance du terrain, spécialisation inadaptée à la complexité des situations, éloignement des problématiques et des centres de décision. Le problème est essentiellement que les communes du territoire sont très diversifiées et qu’une seule solution ne sera pas adaptée pour toutes. La plus grosse commune compte plus de 100 fois plus d’habitants que la plus petite, et les populations sont tantôt rurales, tantôt citadines, tantôt montagnardes, tantôt «planardes». Un échelon local intelligent nous paraît donc indispensable pour cette raison également. Nous sommes en fait confrontés, à une échelle plus réduite, à la problématique de la diversité entre intercommunalités voisines. La fusion de toutes les collectivités étant bien sûr impossible, à nous de trouver l’équilibre entre local et central, avec comme objectif la meilleure qualité de vie pour tous. Sinon, la ségrégation territoriale débouchera sur une ségrégation sociale. On oppose parfois à ce raisonnement l’argument des coûts. Mais l’optimum de coût pour la plupart des services n’est pas au niveau des grandes structures. Ce qui est rare et technique peut gagner à être centralisé, mais pour le reste, le local reste la bonne échelle, car elle est souple, proche, et humaine. Il est néanmoins de notre devoir de ne pas figer ce qui est par principe. Toujours le même souci d’adaptation à un monde en mouvement qui devra affronter des tempêtes. À ce titre, la mise en réseau des acteurs publics nous paraît porteuse d’efficacité et de résilience. Quelle mairie n’a pas eu besoin d’un coup de main en l’absence d’un.e secrétaire ? Quel service centralisé n’a pas eu à s’appuyer sur les connaissances locales du réseau ? Par ailleurs, le cadre législatif rend les décisions de plus en plus complexes, et les problématiques de plus en plus transversales et diversifiées en fonction des contraintes locales. La spécialisation seule ne peut y répondre, ni une connaissance générale qui reste parfois trop superficielle. La technicité doit s’adapter au terrain qu’elle aborde et accéder à la connaissance transversale des acteurs locaux. La mise en réseau est donc nécessaire, qui relie les forces centrales et locales. Plutôt que d’une unique administration centrale, c’est d’un réseau que nous avons besoin.

 

Tout cela nous renvoie aux défis d’un monde en transformation continue et de plus en plus rapide. Accompagner le changement et le rendre positif pour tous va nécessiter beaucoup d’humanité et d’adaptabilité. Beaucoup de sagesse, d'écoute, et de capacité à se remettre en question tout en étant guidés par nos principes républicains. Une démocratie proche et humaine prend ici tout son sens si nous ne voulons laisser personne sur le bord du chemin. C’est aussi un défi démocratique essentiel si nous voulons éviter les démons du passé.

 

À petite échelle, Malleval en Vercors a une vie démocratique dynamique. Cette réflexion en est l’émanation. Malleval a beaucoup changé depuis un siècle avec des variations de population bien plus marquées que dans la vallée. La population actuelle n’est d’ailleurs pas originaire de Malleval. Le changement, Malleval connaît, et les difficultés financières liées au désengagement de l’état aussi. Nous sommes, en toute modestie, un petit laboratoire d’adaptation au monde en mouvement. Ce sont notre solidarité, la qualité de nos services à la population assurés par des acteurs locaux, nos partenariats avec les différents échelons territoriaux, et notre dynamisme démocratique qui nous permettent de nous adapter. Voilà déjà une contribution bien concrète au projet de territoire.

 

En conclusion, Malleval en Vercors souhaite s’inscrire pleinement dans la démarche d’un projet de territoire qui prenne en compte les contraintes financières extérieures et les défis du futur, tout en s’appuyant sur les richesses naturelles et culturelles qui sont les nôtres. Notre diversité fait d’ailleurs partie de nos richesses puisqu’un monde uniforme serait inadapté à satisfaire les envies et besoins de chacun. Tenir compte de la diversité d’âge, de moyens, de culture, d’aspirations… sera également essentiel pour que ce projet de territoire soit pleinement humain. Il devra s’ancrer dans la réalité : une terre qui nous accueille et qui nous fait vivre, mais qui est connectée au monde. La fraternité doit être ce qui nous guide, car c’est de cette valeur républicaine que nous aurons le plus besoin à l’avenir. Fraternité vis-à-vis de nos semblables et vis-à-vis de la terre qui nous accueille et sans laquelle toute vie est impossible. En effet, sans fraternité le repli sur soi menacerait immédiatement la liberté et l’égalité auxquels nous sommes tant attachés.

Voir les commentaires

Rédigé par Mairie de Malleval-en-Vercors

Publié dans #Conseils villageois

Repost0

Publié le 7 Mars 2018

Bonjour,

Le conseil vous invite à un conseil villageois le vendredi 23 mars de 18h à 20h. Le lieu vous sera précisé peu avant.

Le thème principal de ce conseil sera le "projet communautaire" que notre intercommunalité (la communauté de commune si vous préférez) souhaite définir dans les mois qui viennent. Nous aurions pu nous contenter de donner à cette occasion l'avis du conseil municipal, mais ce projet est en réalité d'une importance capitale pour l'avenir de notre village. L'intercommunalité souhaite mettre en place une nouvelle organisation des communes au niveau administratif, voire technique. Les services à la population sont bien sûr au centre de cette réflexion, et votre avis est donc de la plus grande importance, car nous souhaitons porter la position du village lors des débats qui vont s'ouvrir.

Quels sont les services auxquels nous sommes attachés et quelles sont les priorités pour en maintenir la qualité? Sommes-nous disposés à ce que certains services soient centralisés dans les bourgs par exemple? Dans quelles conditions sommes-nous prêts à mutualiser nos ressources avec d'autres communes?

Nous vous proposons de lancer cette discussion entre nous le vendredi 23. La veille aura lieu une réunion d'information pour les 47 conseils municipaux concernés. Nous pourrons donc vous apporter plus de précisions sur le projet.

Nous aborderons aussi l'avancement des autres projets du village, et ferons le point sur les travaux de sécurisation de la D22.

Dans l'attente de vous revoir pour débattre de l'avenir de notre village.

Pour le conseil,

Vincent

 

Voir les commentaires

Rédigé par Mairie de Malleval-en-Vercors

Publié dans #Conseils villageois

Repost0

Publié le 13 Février 2018

 

Bonjour,

 

Le conseil municipal du vendredi 16 février à 18h en mairie sera en bonne partie consacré à ce qu’on appelle le débat d’orientation budgétaire. C’est l’occasion d’un bilan de l’année écoulée, et d’une réflexion sur les orientations à donner à l’année qui vient. Le résumé que nous vous livrons ci-dessous vous permet déjà d’avoir une vision globale de la situation. Vous êtes les bienvenu.e.s au conseil pour poser vos questions.

 

Pour le conseil,

 

Vincent Bayot

 

***

 

Synthèse 2017 en vue du débat d’orientation budgétaire 2018

 

 

L’année 2017 a constitué un tournant majeur pour la commune. La délocalisation du secrétariat dans les locaux de la mairie de Cognin-les-Gorges a permis une mutualisation des dépenses et donc de nouvelles économies de fonctionnement. La réduction du temps de secrétariat a, de son côté, contribué à baisser de manière importante les dépenses salariales. En parallèle, l’augmentation de la fiscalité a permis d’arrêter l’hémorragie qui faisait que nous dépensions plus que nos recettes. 

 

Ces efforts ont néanmoins été un peu contrariés par une baisse plus importante que prévu des dotations de l’état et des recettes diverses (bois, locations) et un certain nombre de dépenses imprévues, principalement liées à des réparations de véhicules. Mais globalement, les dépenses ont été proches des prévisions, et l’année 2017 se solde positivement. En effet, à quelques centaines d’euros près, nos réserves de fin 2017 sont identiques celles de fin 2016.

 

Comme aucun emprunt n’a été contracté, la dette a continué de diminuer, mais reste encore très élevée à 175 000 euros. Nous sommes donc toujours sur la liste d’alerte de la préfecture.

 

Malgré des subventions récupérées de justesse, 2018 sera la dernière année où nous pourrons simplement puiser dans nos réserves d’investissement pour rembourser notre dette. A partir de 2019, le budget de fonctionnement devra suppléer. Ce point était anticipé dès fin 2015, mais les efforts réalisés depuis devraient permettre d’assumer les remboursements à moyen terme, càd au moins jusqu’en 2021, date au-delà de laquelle le financement des collectivités sera complètement revu. L’horizon visible est donc dégagé et nous pouvons envisager de retourner progressivement vers un fonctionnement plus normal de la mairie.

 

2018 s’annonce donc plus sereine que 2017. Les dépenses de fonctionnement, qui ont quasiment été divisées par deux entre 2015 et 2017 vont encore diminuer un peu grâce à la mutualisation avec Cognin. Par contre, les dotations de l’état vont encore baisser. En tenant compte de tout cela, les dépenses 2018 devraient malgré tout rester plus faibles que les recettes, ce qui laisse un peu de marge pour quelques dépenses importantes pour l’entretien des routes par exemple. En effet, le département a révisé récemment la façon dont ses aides sont attribuées. Nous serons davantage aidés (50% au lieu de 30% des dépenses), mais pour de plus faibles montants. Nous devons donc impérativement réaliser les travaux plus régulièrement sous peine d’être privés de subventions.

Voir les commentaires

Rédigé par Mairie de Malleval-en-Vercors

Publié dans #Conseils municipaux

Repost0

Publié le 8 Janvier 2018

 

74 ème anniversaire des combats du Vercors

Madame, Monsieur,

Comme chaque année, les communes de Malleval-en-Vercors et Cognin-les-Gorges se recueilleront le lundi 29 janvier, en hommage aux maquisards, résistants et victimes civiles morts en ce lieu de résistance.

Déroulement de la journée :

 

  • 10 h 00 : une messe sera célébrée en l'église de Malleval-en-Vercors
  • 10 h 45 : dépôt de gerbe au monument aux morts 14-18
  • 11 h 00 : dépôt de gerbe au monument « Le Gisant »
  • 11 h 50 : cérémonie à Cognin-les-Gorges

 

Comme l’an passé, le repas sera servi par l'Auberge des Galopins, à la salle des fêtes de Cognin-les-Gorges.

Dans l'attente de vous recevoir nous vous prions d'agréer, Madame Monsieur, l'expression de notre considération distinguée.

Les Maires,

Vincent Bayot & Patrice Ferrouillat

----------------------------------------------------------------------------------------------------- Coupon à retourner avant le 20 janvier à :

Auberge des Galopins Rue Georges Glénat  38 470 Malleval en Vercors 06 18 24 28 14

M. : ........................................................

Participera/ont au repas du 29 janvier 2017

23 € vin et café compris x nombre de personnes = …………….. €

Merci de joindre le règlement à l’ordre de l’auberge des galopins ainsi que les noms et prénoms des personnes inscrites.

Seules les réservations avec règlement seront prises en compte. Merci de votre compréhension.

Voir les commentaires

Rédigé par Mairie de Malleval-en-Vercors

Repost0

Publié le 6 Janvier 2018

Vœux 2018

Bonjour à toutes et à tous,

 

Que ce soit dans le monde, en France où à Malleval, 2017 fut assurément une année très spéciale. Il serait bien sûr impossible de tout rappeler, mais avec l’arrivée de Donald Trump à la présidence des États-Unis, l’importance croissante de la chine, l’élection d’Emmanuel Macron et la reconfiguration de l’espace politique français, Malleval s’inscrit définitivement dans les grands chamboulements du monde en 2017 !

 

L’année n’avait pas très bien commencé, il faut le dire, avec l’accident de Jean-Marc et la coupure de la D22 juste après la fin des travaux. Ces deux événements ont testé notre capacité à nous adapter. Stéphane a pris le relais pour le déneigement avec Pierrot et Jean-Luc, et votre mobilisation pour la D22, relayée par la mairie, a montré notre détermination à nous battre pour la route qui nous relie à la vallée.

 

C’est aussi le moment où nous savions que le conseil municipal allait devoir se renouveler après le départ de Jean-Yves, Clarisse et David. Le secrétariat de mairie devait aussi fortement changer avec le départ de Virginie. Grand moment d’incertitude. Je profite de l’occasion pour les remercier à nouveau toutes et tous pour ce qu’ils ont apporté à la mairie, et tout particulièrement Jean-Yves qui a œuvré pour l’apaisement dans un contexte financier très difficile. Son choix de ne pas être rémunéré alors qu’il ne ménageait pas sa peine est représentatif de la noblesse de son action. Nous ne remercierons jamais assez Virginie qui nous a aidés à redresser la barre. Sa rigueur et son dévouement nous ont ainsi permis de récupérer de nombreuses subventions oubliées et de remettre de l’ordre dans un nombre incalculable de dossiers.

 

Une lumière dans le tunnel est également venue de notre commune sœur : Cognin-les-Gorges. Sous l’impulsion de Patrice Ferrouillat, son maire, et avec l’accord du conseil municipal de Cognin, le secrétariat de Malleval a été partagé avec celui de Cognin. Un même lieu est animé par une secrétaire commune : Yolaine Wingerter que je remercie très chaleureusement pour son professionnalisme, son dévouement et son attention à tous. Elle a repris notre secrétariat au pied levé, et ce fut un succès. Par ailleurs, nous partageons avec Cognin les dépenses de fonctionnement, ce qui nous a permis de faire des économies supplémentaires, et notre photocopieuse va retrouver une utilité à hauteur de ses performances. Les deux mairies travaillent maintenant à formaliser leur collaboration, et une convention est en cours de rédaction. Mais la collaboration ne s’est pas arrêtée au secrétariat puisque nous avons mis à disposition notre chargeur pour les travaux de l’été à Cognin, et Grégory, employé municipal à Cognin, nous a déjà prêté main-forte pour le déneigement. Les bons comptes faisant les bons amis, tout cela sera pris en compte dans le cadre de la convention. Pour finir, c’est aussi en partenariat avec Cognin que la commémoration du 29 janvier 1944 a lieu. Un grand merci à Cognin-les-Gorges !

 

Comme un chamboulement n’arrive jamais seul, ce fut aussi la grande épreuve du budget. Les vœux de 2016 avaient déjà annoncé la couleur, mais là nous étions au pied du mur. Le conseil villageois a joué son rôle au-delà de tous nos espoirs, et je souhaite remercier tous ses membres pour l’intelligence collective qui a émergé des débats. Le conseil villageois a aussi travaillé à lancer de nouveaux projets, comme celui de la réhabilitation de la salle hors sac, et le projet « mémoire » qui a démarré en décembre avec la collecte de photos, et la veillée qui a réuni les amis de Malleval autour de Robert Veyret, Maurice Glénat et Albert Glénat. Que celles et ceux qui n’ont pu y assister se rassurent, la veillée a été enregistrée et un montage vidéo est en cours.

 

Après de nombreuses péripéties qui nous ont mené de la Cour de comptes à la préfecture un grand nombre de fois, nous sommes sortis de la tutelle avec un budget équilibré et des moyens supplémentaires. Ces deux institutions m’ont heureusement surpris par leur écoute et leur soutien, et nous les en remercions. Mais je tiens avant tout à remercier très sincèrement l’ensemble des contribuables de Malleval qui, collectivement, ont redonné souffle à la mairie. Nous souhaitons aussi rappeler que, dans ce contexte difficile, le CCAS a été doté de moyens supplémentaires par la mairie pour aider les personnes en difficulté et redynamiser les actions sociales en faveur des familles et des aînés.

 

2017 fut aussi une année électorale chargée, et je remercie celles et ceux qui nous ont aidés dans cette tâche. Finalement, c’était chaque fois un moment convivial que ne connaissent pas les bureaux de vote des grosses communes. Malleval a très clairement opté pour les valeurs républicaines lors des scrutins présidentiels et législatifs. Dans la même veine, nous sommes heureux de compter parmi nous Jacques Guigue, un ancien de Malleval pour qui le collectif et la solidarité sont essentiels. Le conseil municipal ainsi complété a pu élire un nouveau maire et de nouveaux adjoints, ce qui terminait la phase de transition et permettait de relancer les actions nécessaires.

 

Immédiatement, nous avons travaillé au niveau intercommunal qui est essentiel pour notre commune. La gouvernance et la sensibilisation à la solidarité intercommunale, chères à Frédéric de Azevedo, le président de la toute nouvelle SMVIC, ont fait l’objet de plusieurs interventions de notre part en concertation avec Cognin-les-Gorges. Malgré les inerties, nous avons bon espoir que ces idées essentielles infusent et portent leurs fruits. Nous travaillons aussi avec le département, et en particulier Bernard Perazio et Laura Bonnefoy, sur les aides à la rénovation des routes qui sont aussi un point crucial pour les petites communes comme la nôtre. Le département nous aidera aussi de manière très importante pour tâcher de remplir nos obligations en matière de prévention des incendies. Un grand merci aux collectivités dont nous faisons partie pour le soutien qu’elles nous apportent.

 

Année de transition, 2017 le fut aussi pour le refuge municipal. Pour des raisons personnelles, Fred et Steph ont souhaité arrêter de gérer le refuge et celui-ci a donc été repris par la mairie. Le trio Yolaine – Amandine – Jean-Marc gère maintenant le refuge. Amandine Guillerey a ainsi rejoint le personnel de la mairie pour s’occuper de l’accueil et des réservations du refuge. Celui-ci a d’ailleurs fait l’objet de quelques aménagements vraiment utiles, dans la mesure de nos moyens.

 

Par ailleurs, le conseil a réitéré son attachement à la présence d’une auberge au village et nous souhaitons à nos aubergistes une très belle année 2018.

 

Clément Trémoulhéac présente un bilan de l’année au niveau du syndicat scolaire intercommunal. L’information essentielle est qu’une concertation entre parents et enseignants a mené à la proposition du retour à la semaine des quatre jours, avec une matinée commençant un peu plus tôt pour mieux profiter des matins où les enfants sont bien disposés. La décision finale sera prise ce 14 janvier.

 

Françoise Callet rappelle que toutes les communes de l’intercommunalité verront bientôt la compétence de l’eau & assainissement exercée au niveau de la SMVIC. Cela ne changera rien pour les habitants de Malleval qui sont déjà sous ce régime. Il en sera différemment pour les communes qui vont céder leur compétence, car les tarifs qui leur seront appliqués vont augmenter. Les ordures ménagères seront dorénavant financées par un complément à la taxe foncière, et non plus grâce à la redevance. Les valeurs locatives à Malleval étant faibles, les habitants du village seront en général gagnants. Françoise nous informe qu’une brigade verte a été mise en place qui traque les dépôts sauvages de déchets, y compris à côté des moloks.

 

-------

 

La mairie sortie de l’ornière budgétaire, avec un secrétariat pleinement opérationnel, et avec le retour de notre tondeur et déneigeur préféré, l’année s’est bien mieux terminée qu’elle avait commencé. Nous avons certes dû assumer quelques dépenses imprévues, mais, dans son ensemble, la situation est bien meilleure qu’en début d’année.

 

Au registre des nouvelles de l’année, nous devons ajouter le décès de Joseph Michallet qui était un des derniers à avoir habité Malleval pendant l’essentiel de sa vie. Mme Bélissard nous a également quittés. Mais Mme Blay est toujours en forme, en témoigne son maillot jaune de l’EHPAD ! Deux maisons ont de nouveaux occupants. Tessonière a été rénovée par Olivier Mangnez, très sympathique Parisien, qui a bien sûr voulu emménager en décembre ! Nicolas et Svetla Fournier, de Lyon, ont emménagé dans l’ancienne maison de Jean-Yves. Bienvenue à tous !

 

Je souhaite que 2018 soit l’année de l‘apaisement indispensable à la construction du Malleval de demain. Même si certains connaissaient la situation financière de la mairie, cette année a été pour beaucoup un douloureux retour à la réalité. La solidarité communale a été soumise à rude épreuve. Nous avons écouté tout le monde, mais ne pouvions satisfaire tout le monde, tant les contraintes étaient fortes. Nous avons pris nos responsabilités, et resterons à l’écoute de tous pour dessiner l’avenir de notre village.

 

La réalité d’une petite commune de montagne nous accompagnera tout au long des années à venir. En effet, ni le réchauffement climatique, ni l’érosion du Vercors, ni la démographie, ni les orientations de l’état qui souhaite faire des économies ne transformeront Malleval en village prospère et sans neige dans la vallée. Mais la différence doit pouvoir exister ; à nous de trouver les moyens de vivre ici. Nous avons cette année fait un pas important qui nous permet de voir l’avenir à moyen terme plus sereinement. Nous avons fait ce pas au bon moment puisque la fiscalité communale sera très différente à partir de 2018. Je souhaite encore remercier le bon sens, l’esprit collectif, la fraternité qui nous ont permis de franchir ce col. Mais au-delà du moyen terme, personne ne peut s’aventurer à des prévisions, et nous devrons toujours nous adapter et trouver des solutions intelligentes. Les épreuves de 2017 nous ont d’ailleurs permis de tester une démarche collective à la résolution d’un problème grave, et nous avons vu que cela fonctionnait. Malleval a donc des atouts pour réussir son avenir, à nous de les concrétiser.

 

En vous remerciant encore, je vous souhaite une très belle année 2018 dans la paix, le bonheur, et avec la santé.

 

Pour le conseil,

 

Vincent Bayot

Maire de Malleval en Vercors

Voir les commentaires

Publié le 2 Janvier 2018

Bonjour à toutes et à tous,

Ce samedi 6 janvier à 18h en mairie, le conseil municipal vous convie à échanger nos bons voeux pour cette nouvelle année. Nous ferons bien sûr le bilan de l’année écoulée, qui fut riche en événements pour notre commune, et parlerons aussi des projets pour 2018. Ce sera d’ailleurs l’occasion de répondre à vos questions sur tous ces sujets.

Nous partagerons ensuite le verre de l’amitié autour de la galette traditionnelle. 

Au plaisir de vous y retrouver.

Pour le conseil,

Vincent Bayot
Maire de Malleval en Vercors

PS/ A celles et ceux qui ne pourraient pas assister à cette rencontre, le conseil transmet tous ses voeux de santé et bonheur pour l’année 2018 !

Voir les commentaires